01 novembre 2007

Le chêne, le roseau, et moi

  Je sais que  je n'ai pas donné de nouvelles depuis longtemps, en voici quelques unes, avec mes pensées du moment.

Je me souviens de cette scéance avec ma psy pendant laquelle nous évoquions un incident au cours duquel j'avais tenu tête à un dentiste pompeux (président de l'union française pour la santé bucco-dentaire, et fier de l'être) qui pourrissait la vie d'étudiant(e)s dentistes pendant un téléthon. Bien que je n'ai pas été remercié par ceux que j'avais soutenus (je pense que malgré leurs plaintes ils n'étaient pas prêts à entamer un conflit ouvert avec cet homme), j'avais accompli là quelque chose qui m'avait apporté de l'estime de moi, en relation avec mon rapport à l'autorité (à l'époque j'avais BEAUCOUP de mal avec mon père).

Ma psy, évoquant l'image du chêne et du roseau, me faisait remarquer que j'aurais sans doutes mieux vécu la chose en laissant couler, en laissant dire. De manière générale, j'étais assez d'accord avec elle, en effet je ne cherche jamais le conflit, et je ne m'y résoud que si mes limites menacent d'être franchies. Atteint du syndrôme du chevalier, je ne peux pas non plus m'empêcher de prèter main forte à ceux ou celles dont j'ai le sentiment qu'ils ne sont pas capables de gérer la menace qu'ils affrontent en ma présence.

Dans l'ensemble je suis pour que chacun s'autonomise et affronte ses propres conflits. Mais pas cette fois là. Et cela à causé un grand débat dans le petit cabinet douillet de ma psy, car je lui soutenait mordicus qu'il était parfois nécessaire de faire le chêne, de ne pas plier à chaque vent. Je continue à le penser.
  Si je n'avais pas tenu tête à cet homme, si je n'avais pas eu l'occasion de me confronter à l'agression physique gratuite une nuit à Bordeaux (pas vraiment par choix, certes), je ne saurais pas aujourd'hui qui je suis. Avec toute la charge d'angoisse que cela induit. Pour pouvoir faire le roseau sans se sentir couvert de boue, en quelque sorte, il faut s'être prouvé que l'on pouvait aussi être chêne. Je ne l'ai pas fait souvent, mais les quelques fois où j'ai eu à le faire sont gravées en moi, et sont une grande source de force dans les moments de doute, elles sont une preuve de courage, de force, quand je me sens lâche et faible. Ne serait-ce que pour ça, je suis hereux de savoir être un chêne parfois.

Si ces pensées me sont venues ce matin sous la douche, c'est parce qu'aujoud'hui je me confronte à autre chose, une chose à laquelle je me prépare depuis de nombreuses années, grâce à mes observations, grâce à ceux et celles qui m'entourent, grâce aux discussions que j'ai eu avec certains et certaines.
Il s'agit de la vie de couple, telle que j'ai envie de la vivre, avec ce que cela comporte de communication, d'attention à l'autre et à soi, de compromis et de mises au point.
  Dans le même temps, j'affronte la charge émotionnelle qui l'accompagne, ainsi que mes désirs et pulsions inconscientes (et croyez, c'est loin d'être le plus facile).

Quelque soit l'issue de ce que je vis en ce moment (et je l'espère très heureuse !!!), je suis heureux de découvrir une partie de moi qui se trouve à la hauteur de mes espérances, malgré le fait que je n'ai pas vraiment eu l'occasion de l'ouvrir au monde jusqu'à maintenant.

  Je dois pour cela remercier ceux qui m'ont servis de modèles, d'alliés dans cet apprentissage long et difficile, et leur donner à nouveau l'assurance de tout mon amour.

                                                                                                              MERCI


Posté par Chevalier_gris à 12:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Le chêne, le roseau, et moi

    ce matin

    ce matin grosse angoisse incomprehensible, l'impression que quelquechose ne va pas , que quelquechose est different. apres reflexion je comprend: depuis hier que des bonnes nouvelles et pas de crises de paniques.Mon corps plus habitué à ce calme s'est rebellé.
    Maintenant je comprend mieux ce que je voyais ce matin: je change. Je lis ce post et je suis heureuse, et je me dis que arthur a la chance d'avoir un père qui sait etre roseau ou chene, et qui ne cesse d'evoluer, vers quelqu'un de plus en plus stable, de plus en plus solide. Pour la première fois de ma vie je suis heureuse pour toi, ni jalousie ni rancoeur, j'espère juste une fin heureuse à tout ça. Peut-etre parce qu'une bague inserre mon annulaire, peut-etre parce que j'ai changé. En tout cas bonne chance,mes pensées t'accompagnent.

    Posté par paillette, 01 novembre 2007 à 16:46 | | Répondre
  • Où se cachent les bijoux qui se cachent à l'intérieur?

    It is really good to read you again, mate.
    Been awful busy since I came back from my hols, but I am off on Sunday and Monday. I would love to hear you on the phone. Maybe we can arrange a chat?

    Regarding your random thoughts in the shower, I am with you 100%. I might add, I admire the person you've become. I could share my own random thoughts with you too, and I will do probably, though I might keep the ones in the shower secret. You know I am dirty and outrageous.

    You're being missed a lot here, mate.

    Posté par Blue, 02 novembre 2007 à 00:44 | | Répondre
  • tellement heureuese pour toi.. !
    Bisous doux

    Posté par Ambre, 03 novembre 2007 à 10:08 | | Répondre
  • "Je ne l'ai pas fait souvent, mais les quelques fois où j'ai eu à le faire sont gravées en moi, et sont une grande source de force dans les moments de doute, elles sont une preuve de courage, de force, quand je me sens lâche et faible."

    Idem pour moi.
    A bientôt

    Posté par Sophie, 08 novembre 2007 à 16:55 | | Répondre
  • belles pensées, qui méritent méditation, d'autant qu'elles rejoignent certaines de mes préoccupations.


    PS: j'ai eu l'occasion de lire la première centaine de pages du livre dont tu m'avais parlé (toute l'histoire de l'humanité de la préhistoire à nos jours) et j'en sors avec des sentiments partagés... je ferai probablement une note de blog prochainement sur le sujet.

    Posté par l'Ecrivain, 10 novembre 2007 à 18:19 | | Répondre
  • bizarre!

    pendant un moment,j'ai eu l'impression que ce sont mes écrits que je lisais,je suis aussi trop impulsive et défend des personnes qui,eux ,n'osent parler..Mais dommage,par moment,ça se retourne contre moi...alors,maintenant!!j'essaie de me taire...

    Posté par eve, 09 février 2008 à 17:13 | | Répondre
Nouveau commentaire