30 juin 2006

Il se passe des choses étranges ici...

    Connaissez vous l'INSERM? moi, j'en ai entendu parler il y a peu, au cours de ma recherche sur la psychopathie. En long Institut national de la santé et de la recherche médicale. Ce groupement de professionnels, s'inspirant de recherches Nord Américaines, a pondu récemment un rapport qui montrerai le lien entre des troubles de la conduite et du comportement chez l'enfant (nous en reparlerons) et une dérive vers la délinquance, voire la psychopathie, à l'âge adulte...
    Ces troubles du comportement, définis de manière précise, devraient donc être traités dans la petite enfance (à partir de 3 ans...), afin d'éviter une dérive vers la délinquance plus tard. Les traitements proposés : psychothérapie et suivi psychologique (voire psychiatrique), avec un dossier de suivi, incluant un suivi scolaire, et éventuellement traitement neuroleptique. Oui, vous avez bien lu. A trois ans, sous neuroleptiques. Problème.
    Le problème devient plus inquiétant encore quand on lis la définition des troubles de la conduite par ce rapport (j'avoue ne pas encore l'avoir lu, mais avant que ça n'explose en baston générale, j'en ai eu un petit résumé ce soir à la fac de lettres lors d'une conférence) : école buissonière avant 13 ans, rapports sexuels non protégés pendant l'adolescence, a pénétré par effraction dans une maison, ment souvent pour obtenir des biens ou éviter des obligations, reste dehors tard la nuit avant treize ans malgré interdiction des parents, a fugué au moins deux fois... j'en passe beaucoup, certaines plus crédibles, mais toutes tirées du DSM IV, un système de classification de maladies américain d'origine, en train de s'imposer partout, et compilé par... devinez... les labos pharmaceutiques. Vous comprenez mieux.
    Le rapport a fait couler beaucoup d'encre, une pétition sur le net, émise par des professionnels de la santé, a réuni 180 000 signatures afin qu'il soit revu. Car l'enjeu est de taille, mesdames et messieurs, les recommandations que fait ce rapport (dont l'usage de médicaments) ont d'abord été intégrées dans le projet de loi de lutte contre la délinquance que prépare notre cher gouvernement, puis suite à la levée de boucliers que cela a suscité, ont été scindées entre ce projet de loi et celui en préparation sur la protection de l'enfance... Oui, on se sent tellement plus en sécurité.
Je pense que vu l'état caractériel de mon fils parfois, il est très possible que si ces textes passent, une école fasse un signalement, et propose pour lui un de ces suivis. Sans abus, pourquoi pas, sans médocs, pourquoi pas, si on nous laisse le choix, si on nous informe bien, pourquoi pas, moi, j'aime bien les psy en général. Mais il y a un paquet de sous en jeux, et les labos ont déjà commencé leur désinformation au niveau des politiques, mais aussi des écoles, selon le psy qui nous a fait cette conférence coup de poing...
    Bref ça craint grave, une éduc nous racontait qu'au ministère de l'éducation on commence déjà à leur parler de surveillance, de signalement, si un gosse casse une poupée ou quitte son siège pendant le cours.

   Voici le lien vers le rapport afin que vous ne preniez pas mon avis pour argent comptant et que vous vous fassiez une idée : http://ist.inserm.fr/basisrapports/trouble_conduites/trouble_conduites_synthese.pdf

faites aussi un tour sur le site des pétitionnaires, pour vous tenir au courant de ce qu'ils font : http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/

Le chevalier, inquiet pour son fils, et inquiet pour son pays, une fois n'est pas coutume.

Posté par Chevalier_gris à 00:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Il se passe des choses étranges ici...

    he oui, he oui... je sais. notre fils est dejà classé comme futur delinquant. en decembre dernier, à la creche, on nous a proposé de participer à un projet scientifique mené par l'inserm visant à etudier le comportement des enfant de 2 à 3 ans. sans nous dire du tt à quoi servirait cette etude. en bonne maman, g rempli le test(anonyme)et je me suis serieusement posé des questions sur notre fils, parce que aprés avoir coché une batterie de cases du genre "met les doigts dans son nez: souvent, peu, pas du tout" et repondu(evidement)"souvent", apres m'etre rendu compte que les difficultés d'endormissement etaient classées dans les troubles graves du comportement,je me suis dit que cette etude etait assez etrange, et que finalement ils se passeraient de ma collaboration.
    voilà, en plus de vouloir categoriser les gens dès l'enfance sans leur donner une chance d'evoluer, le gouvernement se sert aussi des parents sans les informer reellement du but de ces etudes. alors moi je dis: parents, si vous voulez eviter que votre enfant soit arreté à 8 ans pour decapitage de poupée ou bris de petite voiture, NE REMPLISSEZ PAS LE FORMULAIRE!!
    paillette, brillante de colère.

    Posté par paillette, 30 juin 2006 à 12:45 | | Répondre
  • Os court.

    La question que je me pose en lisant des trucs pareils c'est, "mais bordel que serait il advenu de nous si des systèmes pareils avaient été en place a notre époque?"

    Un nain allergique a toute forme de médication.

    Posté par DDK, 30 juin 2006 à 20:41 | | Répondre
  • P.S.

    Ha j'oubliais,


    " Déviant et bien content de l'être "

    Posté par DDK, 30 juin 2006 à 20:41 | | Répondre
  • je te rejoins, chevalier

    mon fils est turbulent, un poil têtu, instable et... précoce. c'est un malade mental? on m'a d'abord fait entendre qu'il était peut-être hyperactif...
    bref, un suivi psycho pourquoi pas? mais des neruroleptiques, au secours!
    par contre, j'ai dans mon école un gamin qui perd totalement les pédales à 9 ans, et ça fait peur pour son avenir. il est instable, violent, agressif verbalement, pas bête, mais ne fiche rien,et joue les petits caïds... on a peur de lui. celui-là, ça fait des années qu'on sait qu'il va mal. c'est cette année qu'on s'en préoccupe. où est la juste mesure?

    Posté par Coquine, 03 juillet 2006 à 18:33 | | Répondre
  • Difficile. Difficile de faire avancer les choses actuellement car les enfants comme celui que tu décris ont souvent un environnement familial difficile, et proposer un suivi psychologique dans ces cas là est souvent délicat. Difficile de croire que tous les enfants turbulents doivent devenir des délinquants plus tard.
    Il est possible qu'ils n'aient pas mené leur enquête dans le bon sens... Ainsi Cyrulnik montre que la majorité des enfants maltraités deviennent des parents aimants, je pense que si l'on cherchait le pourcentage d'enfants turbulents qui sont devenus des adultes stables, l'inquiétude serait bien différente, et elle porterai plutôt sur que l'on peut faire dire aux chiffres.
    Pour te donner une piste de réflexion supplémentaire, je vais bientôt poster l'article d'un sociologue qui fait bien la différence entre psychopathologie et délinquance due à un malaise social.
    En attendant, malgré le fait que je donne clairement ma position dans ce post, j'insiste pour que vous ne preniez pas mes propos pour argent comptant et que vous preniez le temps de lire ce rapport, je n'ai pas envie d'être une source de désinformation.
    Mes hommages, Le Chevalier.

    Posté par Chevalier gris, 03 juillet 2006 à 19:16 | | Répondre
  • un doute...

    Rendu à la page 8 de cette fastidieuse lecture, je suis soudainement prit d'un doute: un texte aussi ennuyant peut-il vraiment être dangereux? à part le risque d'une épidémie soudaine de maladie du sommeil, s'entend...

    Posté par l'Ecrivain, 05 juillet 2006 à 12:03 | | Répondre
  • Il me semble que tu t'attache à la forme, alors que c'est le fond du texte qui est dangereux...

    Posté par Chevalier gris, 05 juillet 2006 à 12:38 | | Répondre
  • tu as parfaitement raison

    mais en fait, mon commentaire avait plutôt un objectif humoristique n'empêche que si les gouvernants avaient davantage de fantaisie, ce genre de textes ne serait jamais mis en pratique, puisque personne ne se donnerait la peine de les lire jusqu'au bout.

    Mais bon, puisque nos dirigeants sont des gens ennuyeux, et puisqu'il faut bien les surveiller, il faut s'ennuyer avec eux:
    je poursuis ma lecture, tranquillement, entre deux siestes...

    Posté par l'Ecrivain, 05 juillet 2006 à 15:40 | | Répondre
Nouveau commentaire